Mon oeil est insatiable d'insolite et ma main impatiente de s'éxecuter. Mes souvenirs sont presque toujours visuels, tout m'est image. Mon cadre de vie fourmille car mon oeil est gourmand.
Une lumière, un mouvement, une couleur et me voilà nourrie, extasiée...La laideur, la grisaille me transpercent.
Les mots me sont images, scintillants ou coupants, les maux me sont images envahissants ou légers, pastels ou matière.
Les livres me sont images en mouvement, mes vidéos à moi qu'aucun metteur en scène ne parvient à exprimer.
Mes amours sont images baignées de mouvances colorées, mes ruptures sont des cratères de sang et de charbon, maelström d'images sensuelles et violentes, hachées, saccadées, trempées de larmes brillantes.
Mes enfants me sont images, peau et coton, bleu et ocre, or et terre, zéphyr du souffle en tourbillon de nuage et orages aussi quand l'adolescence se montre.
Ma joie est image d'océan et de bruyère scintillants sous l'éclat du soleil.
Ma peine est image de caverne sans aucune flameche pour lui donner un fremissement, immobilité mortelle.
Mon désespoir est image d'horizon invisible, de verres opaques ne montrant RIEN.......aucune émergence.
Le danger est image de fulgurance d'éclair, menace imprévisible d'une masse noire flottant sur mes paupières.
Mon bonheur est immense comme l'espace que mon regard embrasse au réveil d'un jour, et infini comme les possibilités de la palette du peintre.
Suis je devenue sage, comme une image ? Jamais crie mon coeur ! Jamais....

Et vous ?